« Je voudrais vous parler de ma dyslexie »

 

girl-307747_960_720Clara (1) est une élève de 5ème. Elle fait partie des 6 élèves qui ont intégré la classe coopérative à l’issue de la 6ème sans avoir commencé l’expérience dès leur arrivée au collège.

Un mercredi sur deux, le conseil coopératif de la classe se réunit durant l’heure de vie de classe. Afin de le préparer et établir l’ordre du jour, une boîte à messages est disponible dans la salle. Les élèves peuvent y déposer des éléments qu’ils souhaitent aborder en conseil, du positif comme des problèmes à régler.
Ce mercredi là, en préparant l’orde du jour, un « message » diffère de ceux qu’on a l’habitude de traiter. Il a été écrit par Clara : « Je voudrais parler de ma dyslexie ». Sa demande est portée à l’ordre du jour. Le conseil suit son déroulé, l’élève président de séance anime les débats, distribue la parole pour les félicitations et les problèmes de la quinzaine. Vient alors le moment de Clara. Le président lui donne la parole. L’élève discrète qu’elle est habituellement prend la parole et énonce son problème : “J’ai besoin de vous parler de ma dyslexie ! » « Plusieurs fois, certains se sont moqués de moi parce que j’avais mal écrit un mot… par exemple porger au lieu de protéger ». Elle ne s’arrête pas là : « Je n’en veux à personne parce que vous ne pouviez pas savoir. Si j’écris comme ça c’est parce que je suis dyslexique, je ne vois pas les lettres et les mots comme vous, je confonds les f et les v, les m et les n, ça se mélange dans ma tête. C’est aussi pour ça que je n’arrive pas à apprendre mes tables. »

En quelques secondes, Clara vient de remplacer beaucoup de discours, expliquant avec ses mots sa difficulté et en se montrant bienveillante envers des camarades qui en n’avaient pas forcément conscience. Les élèves de la classe ont d’ailleurs ensuite posé beaucoup de questions. Clara a pu y répondre. Certains se sont étonnés que malgré sa dyslexie, Clara avait d’excellents résultats. Elle a pu également expliquer qu’elle avait un PAP.

En tant que professeur, membre du conseil coopératif comme les autres, je n’ai pas eu à intervenir. Tout ce débat s’est déroulé pendant plusieurs minutes sous mes yeux admiratifs et je dois bien l’avouer un peu ému. Voir cette classe de REP+ que je suis depuis presque un an et demi, être capable de ce type d’échanges m’a prouvé en quelques minutes tout l’intérêt de ces dispositifs coopératifs.
Cette élève aurait-elle osé s’exprimer dans un fonctionnement classique ? Aurait-elle eu un lieu, un espace de parole pour le faire et libérer ce qu’elle avait sur le cœur ? L’aurait-elle fait sans les outils de régulation (boîte à messages, conseil coopératif, prise de parole régulée) ? L’aurait-elle fait si le climat de confiance ne régnait pas entre les élèves ?

Ce jour là, Clara m’a fait vivre un des moments les plus forts depuis le début de ma carrière de part la maturité dont elle a fait preuve mais aussi par la miroir qu’elle me renvoyait de ces classes coopératives que nous nous battons pour mettre en place depuis plusieurs années.

 

(1) Le prénom a été changé

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s